RENFORCER LE LIEN AVEC SON BEBE

« L’habitat naturel du bébé après la naissance c’est le corps maternel », Nils Bergman

En 1958, John Bowlby, psychiatre britannique développe la théorie d’attachement[1] entre une mère et son enfant. Il s’appuie sur les travaux de Harry Harlow qui soulignait le rôle central du contact physique entre la mère et son enfant chez le singe. Selon lui, les contacts physiques constituent un besoin fondamental chez le nouveau-né. Pour lui assurer un développement social et émotionnel normal, l’enfant a besoin de développer un lien privilégié avec au moins une personne proche de lui, généralement représentée par la mère.

Depuis peu, on assiste à l’émergence du maternage proximal emprunté à nos ancêtres. Cette résurgence des ressentis in utéro permise par la proximité corporelle de l’enfant avec sa mère notamment, permettra au bébé de se retrouver en terrain connu et de se sentir en sécurité.


[1] La théorie de l’attachement est une approche de la psychologie qui traite d’un aspect spécifique des relations entre êtres humains. Son principe de base est qu’un jeune enfant a besoin, pour connaître un développement social et émotionnel normal, de développer une relation d’attachement avec au moins une personne qui prend soin de lui de façon cohérente et continue. C’est dans ce sens qu’on peut dire que l’attachement est primordial pour l’évolution psychologique de l’enfant.

woman holding newborn

LE CONCEPT DE CONTINUUM

Dans son livre, Jean Liedloff[2] raconte ses différents voyages en Amérique du Sud et sa rencontre avec les Indiens de la tribu Yékwanas : un peuple particulièrement heureux. Elle y avance le concept de continuum qu’elle définit comme un ensemble d’attentes et d’expériences souhaitées par l’évolution de notre espèce. Le nouveau-né s’attend à les trouver à la naissance. Par exemple, il s’attend à ressentir l’étreinte maternelle chose qu’il ressenti pendant neuf mois et qui n’a jamais fait défaut à toute sa lignée d’ancêtres. D’un point de vue de l’évolution notre monde civilisé, tel que nous le connaissons n’est apparu que récemment il y a que quelques milliers d’année…donc les attentes et expériences liées à notre condition qu’homo sapiens, elles, n’ont pas évolué.

Ses expériences indispensables au développement, sont rendues possibles par la phase dite « des bras », période durant laquelle l’enfant est porté de jour comme de nuit ou reste à proximité immédiate de sa mère. Cette phase dure de la naissance à l’acquisition de la marche. C’est durant ces nombreux mois que le bébé expérimente passivement en sécurité contre sa mère. En respectant les attentes de son continuum, il acquiert ainsi confiance en lui, la conscience de ses limites mais surtout l’assurance de l’amour inconditionnel donné par le fort lien d’attachement avec sa mère. C’est d’ailleurs le jeune Yékwana qui une fois prêt « coupera le cordon » pour ne revenir dans le giron maternel que lorsqu’il l’estimera nécessaire.

Selon l’auteure « le bébé reste en contact étroit avec le corps de sa mère dès le moment où il émerge de l’utérus. Lorsqu’il commence à respirer seul, qu’il repose sereinement sur sa mère, calmé par ses caresses, et lorsque le cordon à cesser de battre et qu’il est coupé, la mère donne le sein à son petit […] C’est à ce moment précis, juste après la naissance, lors de la première rencontre de la maman et de son bébé en tant qu’individus distincts que doit avoir lieu l’évènement capital de l’attachement. »

Elle ajoute encore que c’est à la mère qu’incombe le soin de s’attacher à son bébé «il faut que ce soit la mère qui s’attache à son bébé. Un bébé humain est en effet trop fragile pour suivre quelqu’un et pour maintenir le contact avec sa mère autrement qu’en le lui signalant quand elle ne réussit pas à répondre à ses attentes. »

Elle signale aussi que dans notre culture, la phase des bras est loin d’être aussi présente et quand elle est, d’être aussi longue… Le jeune enfant est rarement porté ou gardé en contact avec sa mère. Il dort bien souvent dans son lit seul, se promène en poussette, boit du lait infantile et ne participe pas à la vie familiale avec les adultes. A la fois seul mais surprotégé, il manque ainsi cruellement des expériences telles que son continuum l’a prévu pour lui : du mouvement, des pressions sur son corps au contact de celui qui le porte, de sensations de froid, de chaleur encore de danger (en sécurité) …

L’auteure admet la difficulté aujourd’hui de transposer les leçons apprises des Yékwanas tant notre vie civilisée est aux antipodes de la leur. Elle conseille cependant de « rester le plus proche possible du continuum en utilisant son bon sens » et de cette façon, l’instinct resurgira. Privilégier au maximum la proximité corporelle mère-enfant durant la première année et porter son bébé durant les six à huit premiers mois de sa vie.


[2] LIEDLOFF Jean « Le concept de continuum : la recherche du bonheur perdu » (Ambre Editions – 1975)

L’IMPORTANCE DE L’OCYTOCINE DANS LE LIEN D’ATTACHEMENT

Tout d’abord qu’est ce que l’ocytocine ?

Il s’agit d’une hormone synthétisée par l’hypothalamus et libérée par l’hypophyse, deux glandes de notre cerveau. Si elle est l’hormone principale du processus physiologique de l’accouchement – c’est elle qui est responsable des contractions – elle n’en demeure pas moins celle de l’amour et de l’attachement.

Quelle est son importance ?

L’importance de l’ocytocine dans la création du lien chez le mammifère a été mise en avant par de nombreuses études. Lorsque de l’ocytocine est injectée chez des rats, différents types de rapprochements physiques sont observés : un comportement maternel, l’activité sexuelle et des interactions sociales. Les attitudes des animaux sont modifiées : ils se rapprochent, se reniflent davantage et réalisent leur toilette mutuelle. Ces activités stimulent la production de leur propre ocytocine, renforçant ainsi leurs interactions. Des liens stables sont accentués entre les membres du groupe. La survie d’une espèce repose essentiellement sur la capacité de ses membres à tisser des liens forts d’autant plus si les petits sont allaités.

Un exemple sur une brebis est particulièrement parlant : celle ayant reçu une injection d’ocytocine serait prête à accepter un agneau qui n’est pas le sien et développerait le même lien maternel avec lui que si c’était le sien. Cette expérience démontre l’importance de l’ocytocine dans le développement mère-petit chez les mammifères.

Chez l’homme, la capacité d’une mère à materner sera également induite par la libération d’ocytocine dans le sang. La mise au sein précoce accompagnée par tous les gestes du nouveau-né mettra les sens en éveil et favoriseront cette libération. Cette dernière permettra non seulement au lait de couler mais au lien d’amour entre la mère et son enfant de se développer. Enfin, « le toucher et le contact physique peuvent initier un cycle autogénérant pour produire plus d’ocytocine, qui à son tour favorise désir de contact et curiosité, qui à son tour libère encore plus d’ocytocine[1]. »


[1] UVENÄS MOBERG Kerstin « Ocytocine : hormone de l’amour » (Le Souffle d’Or – 2006)

person holding baby s feet

Le maternage proximal

Le toucher, premier langage

« Les humains ne peuvent survivre sans le toucher, c’est un besoin fondamental. » Ashley Montagu

La peau est l’organe le plus étendu du corps humain et la connexion la plus importante de l’homme avec son environnement. Elle est constituée de trois tuniques : l’épiderme à la surface, le derme et l’hypoderme, la partie la plus en profondeur. Elle trouve son origine embryologique dans la réunion de deux tissus différents. D’un côté l’épiderme, formé à partir de l’ectoderme et de l’autre, le derme et l’hypoderme issus du mésoderme. Le cerveau et l’épiderme sont formés à partir de l’ectoderme commun et ce dès le 21ème jour de l’embryon. Les systèmes tégumentaire et nerveux ont donc une origine embryologique commune.

Il n’est donc pas étonnant que le toucher soit le premier sens à se développer in utéro. Ensuite, tout au long de son séjour dans le ventre de sa maman, le fœtus sera confronté à des stimulations tactiles. Cela peut être la pression du liquide amniotique exercée sur sa peau ou celle de la paroi l’utérus sur son corps, le contact de ses mains sur le visage… Sa faculté de perception se développe à mesure de la maturation de ses récepteurs du toucher. 

Dans son livre[1], Ashley Montagu émet l’hypothèse que les contractions utérines de l’accouchement auraient pour but de provoquer des stimulations tactiles dont les effets sont essentiels à la maturation des systèmes vitaux en milieu extra utéro[2]. De plus, selon lui, « le contact physique semble intervenir comme régulateur principal de l’instinct maternel » mais ce dernier intervient aussi dans la récupération physique de la mère. C’est dire l’importance que revêt le contact animal qui lie une mère à son enfant.

C’est par le toucher que le jeune enfant prend conscience de la présence du monde qui l’entoure. Après sa naissance, ses premières perceptions s’organiseront autour du peau-à-peau ou de la tétée.

En 1979, une équipe médicale colombienne créé une technique de prise en charge des nouveau-nés à faible poids. A l’origine pour pallier un manque d’incubateurs : la méthode Kangourou[3] est née. Elle consistait à maintenir le nourrisson nu en position ventrale entre la poitrine de sa mère et ses vêtements. Le peau-à-peau, dérivé de celle-ci et depuis recommandé par l’OMS dès la salle d’accouchement.

Cet accueil, s’il est proposé dans les premières heures de vie constitue un moyen efficace pour réguler la température corporelle, pour favoriser la mise en route de l’allaitement et les interactions mère-enfant. C’est le contact physique même qui en favorisant la sécrétion d’ocytocine permettra l’établissement de ce lien. Les études faites par Anderson et Moore en 2007[4] montrent que le peau-a-peau précoce favorise les comportements d’affection, de lien et d’attachement avec la mère.

Le processus d’attachement est très complexe. Il dépend de comportements innés, de stimulations sensorielles multiples, de sécrétions hormonales et d’échanges émotionnels entre la mère et son nouveau-né. L’équilibre est précaire et toute intervention peut le fragiliser en particulier les routines hospitalières exercées en salle de naissance. Une même séquence est toujours observée entre la mère et l’enfant juste après la naissance et le comportement de la mère est identique en l’absence de perturbation extérieure. Ainsi, la pratique du peau-à-peau influence le comportement maternel et la mise en place de la première tétée. Le contact tactile précoce et prolongé facilite celle-ci. Les enfants ayant bénéficié du peau-à-peau ont ainsi une meilleure succion lors de la première tétée et arrivent plus rapidement à un allaitement efficace. Il influe également sur la durée et le comportement d’allaitement de l’enfant : le taux d’allaitement maternel exclusif est augmenté[5].

En outre, en permettant au nourrisson de retrouver les sensations familières et rassurantes de la vie in-utero, le peau-à-peau aura également un impact positif sur son comportement néonatal général[6].

Le massage est une seconde technique permettant de renforcer les liens parents-enfant par le toucher. Celui-ci est un outil de communication privilégié, un langage corporel que le bébé développe avec son entourage. Le massage et ses différentes composantes en plus du toucher, regard, son de la voix, odeur crée un moment de complicité et de tendresse unique. Ce moment induit la stimulation de l’ocytocine ce qui renforce le lien parents-enfant.


[1] MONTAGU Ashley « La peau et le toucher. Un premier langage. » (Le Seuil – 2014)

[2] Ces contractions remplaceraient le léchage de naissance effectué par les femelles mammifères sur leurs petits.

[3] Méthode Kangourou ou KMC Kangourou Mother Care 

[4] MOORE E. R. et ANDERSON G. C. « Randomized controlled trial of very early mother-infant skinto-skin contact and breastfeeding status » (Journal of Midwifery & Women’s Health – 2007)

[5] UVENÄS MOBERG Kerstin « Ocytocine : hormone de l’amour » (Le Souffle d’Or – 2006)

[6] Stabilisation de ses signes vitaux, l’abaissement des hormones du stress et de la douleur

Le portage

Le portage consiste à porter son bébé contre soi à l’aide d’un tissu noué, d’un porte-bébé ou d’une écharpe de portage. Il peut être pratiqué dès la naissance. Utilisé adéquatement, c’est une méthode simple et confortable pour renforcer le lien parent-enfant.

Selon l’archéologue britannique Timothy Taylor, c’est à l’époque de l’homo erectus et de l’homo ergaster que le porte-bébé fut inventé. Il n’était alors qu’un morceau de peau animale nouée pour former une poche portée en bandoulière.

Le porte-bébé en impliquant une proximité corporelle étroite semble un bon moyen d’introduire les comportements d’attachement réciproque. Des chercheurs du Columbia University College of Physicians and Surgeons l’ont démontré au cours d’une étude datant de 1990. La mère et son enfant étaient suivis durant plusieurs mois. Ainsi, celles ayant utilisé le portage avaient, lorsque leur bébé était âgé de 3 mois, des réponses plus fréquentes à ses demandes et davantage d’échanges verbaux avec lui. A 13 mois, 83% des enfants portés avaient tissé un lien considéré comme très sécurisant[1].

Blotti contre le corps de l’adulte, le bébé est massé en permanence. Il retrouve ainsi une grande partie des perceptions sensorielles qu’il a connues in utero[2] et se sent en sécurité. D’autant plus que le porteur peut rapidement répondre à ses besoins sans que celui-ci aille jusqu’aux cris ou pleurs. La mise en route et l’allaitement lui-même est souvent facilité par l’utilisation du portage, certains modes permettant même d’allaiter sans avoir à sortir l’enfant du porte-bébé.

Enfin, le portage a un impact positif pour les mères ayant des difficultés à tisser un lien ou à nouer un contact physique avec leur nourrisson.


[1] DIDIERJEAN-JOUVEAU Claude-Suzanne « Porter bébé : avantages et bienfaits » (Editions Jouvence – 2005)

[2] Le rythme rassurant des battements du cœur de la maman, les gargouillis de son corps, le bercement de ses mouvements, le son de sa voix, le contact de sa peau

woman in black dress carrying baby in green shirt

Le cododo ou co-sleeping

Il s’agit d’une pratique largement répandue dans le monde. Elle consiste en « un arrangement du sommeil où la proximité entre l’enfant et les parents est assez grande pour que ces derniers perçoivent les signaux que peut émettre l’enfant, et que l’enfant perçoive ceux émis par les parents »[1].

En pratique, il s’agira soit de faire dormir l’enfant dans le même lit que celui de ses parents, soit de le coucher dans un berceau ou lit accolé ou non au lit conjugal. C’est notamment le cas des berceaux ou lits cododo qui permettent à chacun de préserver son espace et son intimité tout en facilitant le passage d’un lit à l’autre. 

Le cododo, en favorisant la proximité corporelle aide au tissage du lien, d’autant plus si l’enfant n’est pas allaité au sein ou si l’accouchement fut difficile. En outre, il permet de répondre aux besoins nocturnes du bébé sans délai tout en minimisant la fatigue des nuits entrecoupées. Il créé ainsi un environnement réconfortant qui contribue à la sécurité affective du nourrisson mais également à rassurer les parents leur évitant doutes et inquiétudes.

En cas d’allaitement, c’est aussi l’une des meilleures façons de bien vivre les tétées nocturnes et de soutenir efficacement la mise en place de la lactation. Le bébé est alors nourri à la demande, allongé contre sa maman. Cette dernière peut se reposer entre chaque réveil et se rendormir presque aussitôt une fois la tétée terminée.

Si ce mode de sommeil est fortement encouragé par les hautes instances de santé jusqu’au 6 mois de l’enfant, dans certains cas, il sera fortement déconseillé de le pratiquer. Ainsi, en cas de tabagisme d’un ou des deux parents, de prématurité, de fièvre du bébé, de prise de substances ou de médicaments diminuant la vigilance, le co-sleeping est fortement contre-indiqué.


[1] DIDIERJEAN-JOUVEAU Claude-Suzanne « Le cocodo : pourquoi, comment ? » (Editions Jouvence – 2005).

L’allaitement

« La première fonction affective de la tétée est d’assurer un contact fréquent et intime entre les corps de l’enfant et la mère. » Harry Harlow

Aujourd’hui, dès la naissance, le nouveau-né est placé en peau-en-peau sur le ventre de sa mère. Laissé libre, de lui-même, il rampera, guidé par l’odeur jusqu’au sein maternel dans les deux heures qui suivent sa mise au monde. Les mouvements de fouissements et tâtonnements serviront de massages pour libérer l’ocytocine dans le sang maternel. Il a été établi de façon statistique que les stimulations tactiles du bébé induisent des pulsions d’ocytocine chez la mère. En plus de favoriser l’expression du lait, elles génèrent une dilation des vaisseaux sanguins mammaires assurant chaleur et nourriture pour le nouveau-né. Le couple mère-enfant peut être influencé par la libération concomitante de phéromones[1]. Les effets de ce contact sont nombreux chez le bébé. Il se calme et ne pleure pas lorsqu’il demeure au sein. Après la naissance, ce sont tous les sens en plus du toucher, en particulier les échanges de regards qui sont primordiaux pour nouer une relation harmonieuse entre une mère et son enfant.

Il est à noter que la libération d’ocytocine peut être également provoquée par des pleurs ou des émotions positives associées à l’enfant. A contrario, les émotions négatives, le stress, la fatigue ou le manque de confiance bloqueront sa libération.


[1] UVENÄS MOBERG Kerstin « Ocytocine : hormone de l’amour » (Le Souffle d’Or – 2006)

Vous l’aurez compris, il existe de nombreuses méthodes pour créer et/ou renforcer le lien avec votre bébé. Ainsi s’occuper de son enfant, le câliner, le caresser augmente son sentiment de sécurité et le rapprochement avec vous. Pour alimenter le cycle vertueux de la production d’ocytocine : la proximité corporelle, la multiplication des contacts entre parents et enfants sera primordiale. Le maternage proximal répondra à cette demande au moyen du peau-à-peau, du portage, cododo ou encore de l’allaitement maternel exclusif.

LA CONTRACEPTION APRES BEBE

wood love hand laptop

Bien souvent la contraception est abordée lors du séjour à la maternité à un moment où la jeune maman a d’autres choses à penser. L’idéal serait de s’informer au préalable, d’en discuter avec le partenaire avant l’accouchement et la reprise d’une sexualité afin d’opter pour la contraception la plus adaptée en tenant compte des contraintes qu’elle occasionne et de son efficacité. Aucune contraception ne sera efficace à 100%. L’indice Pearl[1] est un outil qui permet de définir de l’efficience d’une contraception lorsqu’elle est utilisée de façon optimale.


Le cycle mentruel, Thierry Souccar Editions

lES HORMONES DU CYCLE FEMININ

Le cycle féminin est régit par le complexe hypothalamo-hypophaire situé dans le cerveau. C’est l’hypophyse qui va moduler l’activité des ovaires en libérant deux hormones : l’hormone lutéinisante (LH) et l’hormone folliculostimulante (FSH). En réponse, les ovaires vont sécréter des hormones sexuelles qui sont de deux types : les œstrogènes et la progestérone.

Les œstrogènes, élevés en début de cycle, vont permettre la maturation des follicules, le développement de la muqueuse utérine en vue d’une potentielle nidation de l’embryon, la sécrétion de la glaire cervicale et un pic de LH qui sera synonyme d’ovulation.

La progestérone quant à elle, intervient en complément de l’action ostrogénique. Elle sera sécrétée après l’ovulation par le corps jaune (follicule libéré par l’ovaire lors de l’ovulation).

Periode de fertilite chez la femme

Deux conditions doivent être réunies pour que la femme soit fertile : un ovocyte vivant et une glaire cervicale, sécrétée. Cette dernière est produite sous influence oestrogénique. C’est elle qui permet le passage des spermatozoïdes et les maintient en vie. En tenant compte de la durée de survie des spermatozoïdes dans le corps de la femme et celle de l’ovocyte non fécondé, la femme n’est réellement fertile que sept jours sur les vingt-huit que compte son cycle en moyenne. La reprise de l’activité oestrogénique s’amorce dans les 45 jours qui suivent l’accouchement si la jeune mère n’allaite pas. Cette dernière précède le retour de couches et la réapparition des cycles. En cas d’allaitement, elle peut être retardée.

Il existe plusieurs types de dispositifs contraceptifs : les hormonaux, les non hormonaux et les méthodes naturelles.


LES DISPOSITIFS HORMONAUX

Ils ont pour objectif de leurrer l’hypophyse en lui faisant croire que l’ovulation s’est déjà produite. La progestérone étant le principal marqueur de l’ovulation pour l’organisme, la contraception apportera toujours un progestatif de synthèse combiné ou non à un œstrogène. De cette façon, très peu d’hormones lutéinisante (LH) et folliculostimulante (FSH) seront sécrétées par la glande afin de ne pas induire de sécrétion oestrogénique par les follicules. Ces derniers n’arrivant jamais à maturation, l’ovulation n’a pas lieu. De plus, si les follicules ne produisent pas suffisamment d’œstrogènes, la glaire cervicale n’aura pas une qualité suffisante pour permettre la survie des spermatozoïdes. Le manque d’œstrogènes ne permettra pas l’épaississement de la muqueuse utérine, l’endomètre sera impropre à la nidation. De même, le progestatif de synthèse présente un taux trop bas pour influer sur l’endomètre et de rendre apte à la nidation.

Le véritable anti-gonadotrope demeure le progestatif même dans le cas d’une association avec un œstrogène. Le rôle des œstrogènes sera de contrôler les saignements en mimant le cycle féminin.

D’une façon générale, ils agiront en bloquant la maturation folliculaire et/ou l’ovulation, en rendant l’endomètre impropre à une nidation ou encore en modifiant les sécrétions du col empêchant le passage des spermatozoïdes.

En France, la pilule contraceptive reste le moyen de contraception le plus utilisé. 48.8% des femmes la plébiscite. Cependant, d’autres méthodes peuvent être envisagées :

  • les patchs oestroprogestatifs
  • l’anneau vaginal
  • l’implant
  • le dispositif intra-utérin (DIU) hormonal
  • les progestatifs injectables.

Leurs durées d’action seront variables : entre 3 semaines et 5 ans, de même que leur mise en place. Si certains, à l’instar du DIU ou de l’implant resteront à demeure, d’autres nécessiteront d’être ôtés à chaque cycle.

Enfin, parce la contraception n’est pas seulement une affaire de femme, les hommes étant fertiles 360 jours par an, des dispositifs hormonaux masculins existent. Ces derniers ont pour but d’obtenir l’azoospermie ou une oligospermie rendant la fécondation difficile.

LES DISPOSITIFS NON HORMONAUX

La cape cervicale, le diaphragme et le préservatif féminin seront à placer dans le vagin en amont du rapport sexuel afin d’obstruer le col et donc le passage des spermatozoïdes. Des spermicides pourront être combinés à ces dispositifs pour renforcer leur efficacité.

Le dispositif intra-utérin en cuivre aura quant à lui un effet spermicide rendant les spermatozoïdes inactifs.

Enfin, le plus connu, le préservatif masculin, sera lui à insérer sur le pénis en érection. Il a pour but de contenir le sperme après l’éjaculation afin d’éviter aux spermatozoïdes d’aller féconder l’ovocyte. Il s’agit du seul moyen de contraception qui protégera des infections sexuellement transmissibles et la seule contraception conventionnelle qui respecte la santé de l’homme et de la femme.

LES METHODES NATURELLES

Ces méthodes nécessiteront de la technique, une certaine régularité et une bonne connaissance de son corps.

  • Méthode d’Allaitement Maternel et d’Aménorrhée (MAMA) : « Cette méthode constitue une alternative naturelle, fiable et gratuite. C’est celle prévue par la nature pour espacer les naissances et éviter les grossesses tant que l’enfant n’est pas autonome ». Elle est reconnue depuis 1988[1] comme une méthode de régulation des naissances. Plusieurs experts ont estimé que l’allaitement sous certaines conditions permettrait d’éviter plus de 98% des grossesses. Trois conditions sont à remplir pour être infertile :
  1. un allaitement exclusif au sein de jour comme de nuit
  2. des tétées dont l’espacement maximal d’excédera pas 4 heures le jour et 6 heures la nuit,
  3. la jeune maman doit demeurer en aménorrhée.

Ainsi, les 6 premiers mois pourront être considérés comme infertiles à 99%. Passé 6 mois, même en l’absence d’un retour de couches, la femme allaitante n’est plus considérée comme infertile et devra choisir un autre mode de contraception.

  • Méthodes de régulations des naissances basées sur les périodes infertiles de la femme

Il en existe pléthore !

Parmi elles, les méthodes d’ovulation Billings, calculo-thermique ou encore symptothermique moderne. Leur principe est identique : il s’agit de reconnaitre un ou plusieurs signes annonciateurs de l’ovulation afin d’éviter tout rapport sexuel lors des phases dites fertiles.

Les signes à observer sont :

  1. La glaire cervicale : la méthode d’ovulation Billings, s’appuie à observer les modifications de la glaire cervicale au cours du cycle pour déceler l’ovulation. Cette dernière devient plus fluide, abonde et translucide à l’approche de l’ovulation.
  2. La température basale : cette dernière augmente légèrement entre 0.2°C à 0.5°C au moment de l’ovulation. La méthode calculo-thermique et plusieurs appareils de mesure sont basés sur la prise de température buccale au réveil : le Cyclotest et le LadyComp notamment.  
  3. La consistance du col de l’utérus par autopalpation : haut, mou et ouvert en période de fertilité.

La méthode symptothermique moderne s’attache à rechercher, observer puis recouper chacun des trois éléments. Elle peut être considérer comme un mélange des méthodes Billings et calculo-thermiques. Grâce à elle, la femme apprend à reconnaitre et à repérer sa fenêtre de fertilité. Cela demande cependant un véritable apprentissage et une reconnexion au corps.

POUR ALLER PLUS LOIN

La naturopathie au service des contraceptions, Sarah Mathieu (2016)


[1] Il doit son nom à Raymond Pearl. L’indice de Pearl est un outil statistique utilisé dans les essais cliniques pour mesurer l’efficacité des méthodes de contraception. Il est calculé en divisant le nombre moyen de grossesses non planifiées par le nombre de mois d’utilisation d’une méthode de contraception particulière dont on veut mesurer l’efficacité et en multipliant le résultat par 1 200. Cela correspond au nombre de grossesses observées pour 100 femmes utilisant ou dont le partenaire utilise une contraception donnée durant un an. L’indice de Pearl mesure la fiabilité d’une méthode contraceptive utilisée de façon optimale. Il convient de tenir compte de l’utilisation réelle de ces différentes méthodes, avec les erreurs possibles et accidents possibles.

[2] Consensus de Bellagio


ONDES ELECTROMAGNETIQUES, FOETUS ET BEBES



ONDES, FOETUS ET BEBES


Hier, avec la révolution du Wifi, aujourd’hui avec l’arrivée imminente de la 5G, les appareils connectés (smartphones, tablettes et autres montres) n’ont pas fini d’envahir notre quotidien. En sachant se rendre à la fois pratiques et polyvalents, ils sont très vite devenus indispensables au point ne plus nous quitter…

De fait nous baignons dans des « bulles électromagnétiques » et ce, avant même notre naissance !

Mais qu’en est-il vraiment de leurs impacts sur votre santé et celle de votre bébé (à la fois dans votre ventre et lors des premiers mois de sa vie) ? Ces ondes ont-elles une incidence sur son développement ? Pouvons-nous nous en prémunir en adoptant des gestes simples ?

Ce sont autant de questions que j’ai été amené à me poser en tant que jeune maman.  

adorable baby blur chair

Qu’est-ce qu’une onde électromagnétique ?

Ce sont des ondes qui n’ont pas besoin de la matière pour se propager. Elles utilisent le vide ou l’air pour se diffuser et pour transporter de l’énergie ou des informations. C’est pour cette raison qu’elles sont utilisées dans le domaine de la communication. Vous les connaissez, elles font fonctionner nos smartphones, tablettes, ordinateurs, cartes de crédit (sans contact), appareils électroménagers…  

Etat des lieux

En 2012, le rapport Bioinitiative, compilant pas moins de 1800 études scientifiques de tous pays, concluait que les femmes enceintes et fœtus étaient des populations à risque. L’exposition aux ondes téléphoniques et sans fil altérerait le développement cérébral du fœtus et nouveau-né. En effet, leurs cerveaux en pleine croissance et leurs boîtes crâniennes moins épaisses (perméables) ne leur permettent pas d’appréhender les ondes comme un adulte. Plus vulnérables, à exposition égale, ils en absorbent donc davantage.

La conclusion de ce rapport est préoccupante : «il existe un certain nombre de preuves qui attestent que les expositions aigues du fœtus ou du nouveau-né ont des conséquences particulièrement néfastes selon le stade de développement (…), où de telles expositions provoquent des dommages sur la santé qui pourront se développer des décennies plus tard. » Ou encore « les enfants nés de mères ayant utilisé un téléphone cellulaire au cours de leur grossesse ont 25% plus de troubles de l’affectivité, 35% de plus de troubles d’hyperactivité, 49% de plus de troubles du comportement et 34% de plus de problèmes de l’acuité visuelle. »

En 2016, ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire alimentation, environnement, travail) rapportait un « effet possible des radiofréquences sur le bien-être de l’enfant ». 

L’Organisation Mondiale de la Santé classe, quant à elle, ces ondes comme cancérigènes possibles et mais cependant, considère qu’il n’y a aucun danger à s’exposer aux ondes wifi et autres durant la grossesse.

Aujourd’hui, les informations entre instances sont contradictoires et l’innocuité ou dangerosité sont toujours discutée… Et le débat est loin d’être clos !

J’estime que dans le doute, le principe de précaution prévaut. Car à l’heure de l’ultra-connexion et à défaut de résider dans une zone blanche, notre niveau d’exposition reste tout de même élevé… La meilleure des préventions résidera donc dans la réduction de l’utilisation des objets connectés et ce, dès la conception.  

En pratique, comment réduire son exposition ?

En premier lieu, il me semble important pour réduire son exposition de prendre conscience du temps passé sur nos objets connectés. De plus en plus d’appareils vous permettent de connaitre votre « consommation » grâce des rapports journaliers et/ou hebdomadaires.

SMARTPHONE

Il s’agit de la source la plus émettrice d’ondes entre les appels passés, messages envoyés, le surf sur internet, la fonction GPS et toutes les notifications/mises à jour automatiques.

Bien sûr la meilleure des préventions résidera dans la limitation de son utilisation mais pouvez également adopter des mesures simples et efficaces.

Choisissez un téléphone ayant un DAS faible (débit d’absorption spécifique). Cet indicateur, mesuré au niveau de la tête, permet de protéger et d’informer l’utilisateur des ondes radios émises par l’appareil. Dans cette catégorie, le Samsung Galaxy Note remporte la palme avec 0,17watt/kg. En comparaison, Apple avec son dernier modèle, l’IPhone 11 pro affiche 0,95watt/kg. Les DAS les plus élevés sont à mettre au crédit du Xiaomi Mi A1 et Huawei P8 (respectivement 1,75w/kg et 1,72w/kg).

Pour réduire le niveau d’ondes lors de son utilisation, je vous conseille de bloquer les données cellulaires sur 3G dans les réglages de votre appareil. Le débit sera certes moins important mais les ondes émises le seront d’autant…

Préférez les SMS aux longues conversations. Si vous devez passer des appels opter pour un kit mains libres en posant votre téléphone le plus éloigné de votre ventre ou encore mieux privilégiez l’écoute amplifiée par haut-parleur. On évitera les oreillettes Bluetooth qui émettent en continu des micro-ondes pulsés pour maintenir une connexion avec votre téléphone.

Evitez les appels dans les transports. En plus de rechercher en permanence une antenne relais à proximité pour pallier à une coupure de réseau, l’habitacle de votre véhicule, métro, train… représente une véritable cage de Faraday. Les ondes ont ainsi du mal à se disperser. Il en sera de même en sous-sol ou dans un ascenseur.

Passez en mode avion dès que possible (car votre téléphone même en veille continu d’émettre un flux d’ondes chaque seconde) et éteindre votre téléphone le soir après utilisation.

Sachez enfin, qu’il existe des patchs anti-ondes à coller directement sur l’appareil mais dont l’efficacité reste à prouver. Selon certains spécialistes, ils pourraient même amplifier les ondes du téléphone en diminuant sa qualité de réception du signal.

WI-FI

Restez à bonne distance de votre box et évitez de poser ordinateur ou tablette en fonctionnement sur votre ventre.

De la même façon que pour votre téléphone portable, éteignez vos box, ordinateur et tablette la nuit et après utilisation.

VETEMENTS ANTI-ONDES

Pour répondre aux peurs croissantes des futurs et jeunes parents, on assiste depuis peu à l’apparition de vêtements de grossesse ou bébé anti-ondes. Plusieurs marques ont senti l’opportunité commerciale d’une telle innovation. Vous trouverez ainsi de quoi vous vêtir « wave-free » durant votre grossesse (pantalon, bandeau, robe) et de quoi protéger votre bébé dès sa naissance (bonnet et couverture).  Si l’initiative est louable, sont-ils pour autant efficaces ?

Ces vêtements composés partiellement de fils métalliques (en l’occurrence des fils d’argent) auraient la propriété d’arrêter les ondes. En réalité, ils seraient plutôt atténuateurs d’ondes : filtrant mais pas suffisamment pour les arrêter entièrement… De plus, ils ne sont pas totalement recouvrant : bien que leur usage soit une option envisageable, celui-ci sera à compléter avec les conseils énoncés plus haut pour davantage d’efficacité. Enfin, sachez que s’équiper « wave-free » reste onéreux.

ET POUR LA CHAMBRE DE BEBE ?

Il sera indispensable de ne pas y disposer d’appareils connectés, d’en faire un havre sans ondes. Laissez votre téléphone (en mode avion ou éteint) dans la pièce à côté et n’hésitez pas à investir dans un babyphone anti-ondes. Plusieurs modèles existent déjà.

EN CONCLUSION

Réduire et maitriser son temps exposition s’avère au regard du principe de précaution une sage décision. Si des objets anti-ondes font leur apparition, leur efficacité incertaine, ne nous dispensera pas d’adopter des règles d’hygiène numérique simples. Coupez les écrans et profitez un maximum de chaque instant en présence de votre bébé. En pleine conscience, sans distraction autre que les mimiques amusantes ou les sourires attendrissants de votre enfant, ils n’en seront que plus beaux et plus intenses…

POUR ALLER PLUS LOIN

Rapport Bioinitiative : https://bioinitiative.org/

Classement DAS téléphone 2020 : https://www.phonandroid.com/sante-ondes-quels-smartphones-presentent-das-plus-eleve-plus-faible.html

DERNIERS ARTICLES

RENFORCER LE LIEN AVEC SON BEBE

« L’habitat naturel du bébé après la naissance c’est le corps maternel », Nils Bergman En 1958, John Bowlby, psychiatre britannique développe la théorie d’attachement[1] entre une mère et son enfant. Il s’appuie sur les travaux de Harry Harlow qui soulignait le rôle central du contact physique entre la mère et son enfant chez le singe. Selon […]

LA CONTRACEPTION APRES BEBE

Bien souvent la contraception est abordée lors du séjour à la maternité à un moment où la jeune maman a d’autres choses à penser. L’idéal serait de s’informer au préalable, d’en discuter avec le partenaire avant l’accouchement et la reprise d’une sexualité afin d’opter pour la contraception la plus adaptée en tenant compte des contraintes […]

L’AUTO-MASSAGE DU VENTRE

L’auto-massage du ventre, mon rituel de grossesse indispensable !
Prête pour un moment privilégié avec bébé, un espace d’expression pour la femme et la future maman que vous êtes ?
Parfait, car c’est ce que je vous propose aujourd’hui. En plus ce petit rituel comporte de nombreux bienfaits…

L’AUTO-MASSAGE DU VENTRE

L’auto-massage du ventre

Mon rituel de grossesse indispensable!

Prête pour un moment privilégié avec bébé, un espace d’expression pour la femme et la future maman que vous êtes ?

Parfait, car c’est ce que je vous propose aujourd’hui.

En plus ce petit rituel comporte de nombreux bienfaits :

  • permet un contact privilégié avec bébé
  • détend, apaise
  • soulage les tensions ou douleurs ligamentaires
  • assouplit la peau, prévient les vergetures
  • permet de se réapproprier son corps et d’apprivoiser ses rondeurs

Quelques conseils avant de commencer:

  • choisissez une huile végétale non minérale (qui sont dérivées du pétrole) et si possible riche en vitamine E pour permettre de soulager les tiraillements ou démangeaisons cutanées. J’utilise l’huile de massage vergetures de Weleda à l’huile d’amande douce, germe de blé (pour la vitamine E) et extrait de calendula
  • réaliser uniquement des mouvements d’effleurage doux
  • vous pouvez commencer au milieu ou fin du deuxième trimestre lorsque les mouvements de bébé deviennent perceptibles (mais c’est possible avant)
  • éviter de réaliser ce massage allongée sur le dos (écrasement de la veine cave), préférez la position assise.
  • n’hésitez pas à faire participer votre partenaire (cela lui permettra de ne pas être exclu du lien privilégié que vous entretenez avec bébé).

Comment procéder ?

Asseyez-vous confortablement les yeux fermés et prenez une profonde inspiration. Posez les mains sur votre ventre de part et d’autres du nombril et recentrez vous quelques minutes sur vous et bébé. Lorsque vous vous sentez prête, réchauffer une noix d’huile en la frictionnant entre vos mains, un contact chaleureux c’est important.

Effectuez alors des mouvements lents, superficiels et doux, une main après l’autre telle une caresse!

  • circulaires autour du nombril
  • latéraux en partant du nombril vers l’extérieur
  • verticaux de votre poitrine jusqu’au pubis Alternez les mouvements comme vous le sentez et n’hésitez pas à créer les vôtres. Vous aurez alors la belle surprise que bébé se joigne à vous, suive vos mouvements et y réponde…